La Grande Guerre à l’Australian War Memorial ou l’élaboration d’un mythe national.

October 6, 2012
By

L’Australian War Memorial (AWM) de Canberra est le musée d’histoire le plus visité d’Australie. Plus qu’une institution muséale, il est devenu le temple de ce que l’historien australien Kenneth Inglis appelle la « religion civile » australienne, c’est-à-dire le culte des Anzacs et des valeurs qui leur sont associées.

              À la suite de la déclaration de guerre du Royaume-Uni à l’Allemagne le 4 août 1914, l’Australie se retrouve engagée dans le premier conflit mondial. 416 809 Australiens s’enrôlent, près de 324 000 quittent l’Australie. À la fin de la guerre, 61 000 sont morts, 154 000 blessés et 4000, prisonniers.[1] Alors que le conflit fait rage, certains Australiens, dont le correspondant de Guerre C.E.W. Bean, comprennent l’opportunité formidable qui se présente à la toute jeune Australie, fédérée en 1901, de fonder un récit national. Début 1917, à Londres, une Australian War Records Section est créée.[2] Elle est chargée de collecter les traces matérielles de l’engagement australien. L’entreprise est considérable et les « reliques », comme elles sont déjà appelées, sont envoyées par bateaux en Australie. La guerre finie, des expositions temporaires sont organisées à Melbourne, puis à Sydney avant que le projet d’Australian War Memorial soit définitivement arrêté par le Gouvernement.[3] L’AWM est construit à Canberra, la capitale fédérale. Il ouvre ses portes en 1941. Sa localisation symbolique atteste l’importance qui lui est accordée par les pouvoirs publics. Le Parlement, l’ancien Parlement et le Mémorial sont parfaitement alignés le long de l'imposante Anzac Parade, seulement interrompue par le lac Burley Griffin (Illustration 1). Cette topographie témoigne du lien entre le Parlement qui émane du peuple et se consacre à l’avenir de la nation toute entière, et ceux qui se sont battus pour que cette dernière soit pérenne et libre. C'est l'hommage ultime rendu par l’Australie à ses soldats. Ceux qui sont morts pour l’Australie ne sont pas oubliés mais mis en valeur par une patrie reconnaissante de leur sacrifice et consciente que sa marche vers l’avant n’aurait pu se faire sans eux. Une telle architecture peut être vue comme un axe de légitimité : les soldats commémorés à l’AWM ont permis et permettent encore à la nation – incarnée dans le Parlement – d’exister tandis que cette même nation légitime leurs actions et en organise la commémoration (F. Virgili)[4]. Placé sous l’égide du Department of Veterans’ Affairs, l’AWM est doté de statuts légaux clairs mais peu flexibles. Le musée a pour mission de « commémorer le sacrifice des Australiens morts à la guerre » et se doit d’assister les Australiens à se souvenir, interpréter et comprendre les engagements militaires australiens.[5] Dès lors, à l’AWM, l’histoire australienne se confond avec l’histoire militaire du pays.

               Dans le discours officiel national - et nationalisant - l’histoire véritablement australienne commence le 25 avril 1915, jour du débarquement de l’ANZAC [acronyme pour Australian and New-Zealand Army Corps] dans les Dardanelles [Gallipoli][6]. En termes de politique intérieure, cette affirmation est lourde de conséquences et se traduit dans le parcours muséographique de l’AWM. Dès l’entrée du musée, dans le hall d’accueil, une barque utilisée lors du débarquement à Gallipoli, avec des impacts de balles, trône dans la pénombre. Devant cette barque, un panneau, sur lequel il est écrit : « Prière de respecter ce bateau historique ». Puis, en caractères plus petits, il est demandé de ne pas y toucher. Seul de son espèce dans le musée, ce panneau fait passer cette barque pour un objet de dévotion qu’on ne pourrait toucher à l’inverse de bon nombre d’autres objets présentés par ailleurs. Une citation de William Morris Hughes, Premier ministre de 1915 à 1923, est reproduite juste derrière la barque et informe le visiteur que « l’Australie est née sur le rivage de Gallipoli ». La première salle est consacrée au débarquement des Dardanelles et donne accès aux autres salles dédiées à la Première Guerre mondiale. À l’AWM, l'histoire de la nation australienne commence, dans le parcours muséal, avec la Première Guerre mondiale. C’est en 1986 seulement qu’une galerie évoquant l’histoire militaire australienne d’avant 1914 a été ouverte à l’Australian War Memorial. Cette galerie s’appelle Soldiers of the Queen et traite de l’histoire militaire australienne jusqu’à la fin de la guerre des Boers. Difficile d’accès et hors du parcours muséal chronologique, elle attire très peu de visiteurs.

                L’AWM est composé de différents dispositifs commémoratifs comme le Hall of Memory, le Roll of Honour ou encore la Pool of Reflection (Illustration 2 et 3). Pourtant, ce sont les galeries du musée, par des représentations héroïques de la corporéité combattante, qui remplissent au mieux la fonction de commémoration telle qu’elle est organisée par le Mémorial et qui révèlent la perception officielle de la guerre de 14-18 en Australie.

Ce n’est pas l’histoire de la Première Guerre mondiale qui y est contée mais l’histoire d’Australiens dans des engagements militaires australiens. Le digger (soldat australien de la Première Guerre mondiale) y est omniprésent. Il est représenté par des statues, dans des tableaux ou encore par des dispositifs muséographiques, mais aussi par les objets qui lui ont appartenu. Cette omniprésence du digger tient sans doute au traumatisme vécu par la nation australienne : tous ses combattants de la Grande Guerre, si ce n’est le général Bridges et le soldat inconnu inhumé en 1993, ont été enterré en pays étrangers. L’absence de tombe en Australie, ainsi que les statuts légaux du musée, contribuent à expliquer l’hyper-représentation muséale de ces mêmes combattants. À travers les commandes du musée, il est possible d’analyser la part que prennent les représentations du corps des Anzacs dans la muséographie de l’AWM et dans la construction de la légende des Anzacs. Ceux-ci sont grands, forts, beaux et leur torse vaillant toujours exposé au danger, face à l’ennemi.

 À l’AWM, la Première Guerre mondiale est avant tout une affaire d’hommes, de muscles (Illustration 4 et 5). La modernité de la guerre, sa singularité même, est niée par des représentations archaïques et épiques du combat, héritées des nations européennes qui les ont elles-mêmes abandonnées avec la Grande Guerre. Le digger, littéralement celui qui creuse, surnom représentant de façon saisissante l’activité combattante de 14-18, au ras du sol, dans la boue, est systématiquement représenté debout.

 C’est en quelque sorte le paradoxe du « digger vertical » alors qu’à l’inverse, l’Historial de Péronne – pour ne citer que cet exemple –a choisi un mode d’exposition des corps à l’horizontal pour illustrer la nouvelle nature du combat et la fin du corps militaire redressé [7]. Par ailleurs, là où l’Historial choisit de montrer la souffrance des corps traumatisés, explosés et déshumanisés, ces types de représentations sont évacués de l’expérience de guerre des diggers à l’AWM. En effet, si le corps est le lieu de l’héroïsation et de la glorification du digger, alors celui-là ne peut être défiguré, démembré ou en proie au shell-shock. Par conséquent les morts représentées sont propres et les blessures, légères. À Canberra nous sommes face à une déréalisation des effets corporels de la guerre (Illustration 6 et 7).

               

 

 

 

 

 

Ces représentations erronées de l’activité combattante de 14-18 à l’AWM découlent souvent de la volonté de donner une tradition militaire à la jeune armée australienne, de l’anoblir en quelque sorte, par le sacrifice, présenté comme volontaire, et d’héroïser les Anzacs. C’est ce que révèle un dispositif muséographique du Mémorial : le diorama. Les dioramas de l’Australian War Memorial ont toujours été une de ses attractions phares. Ce sont des maquettes en trois dimensions avec un fond peint d’une taille imposante. Sortes d’arrêts sur image, ils sont censés projeter le spectateur dans la bataille. Selon l’un des pères fondateurs du Mémorial, C.E.W. Bean, il s’agissait de représenter le plus fidèlement possible certaines actions australiennes victorieuses et surtout de montrer la guerre à une population australienne aux antipodes de cette dernière.[8] Chaque diorama pourrait être soumis à une critique minutieuse, nous nous ne nous arrêterons ici que sur l’un d’entre eux : Magdhaba 1916 (Illustration 8).

La prise sans résistance d’un petit retranchement turc par de l’infanterie australienne montée (Light Horse), au cours d’une opération de plus grande envergure, devient, par le truchement du diorama, une charge de cavalerie glorieuse, héroïque et audacieuse. L’artiste, William Leslie Bowles, pourtant au fait de la réalité, s’en est volontairement émancipé. Ainsi, les détails les plus importants de la maquette sont historiquement faux. Ni les Turcs ni les Australiens n’avaient la baïonnette au canon ; aucun Australien n’a mis son fusil en joue ni utilisé sa baïonnette au moment de franchir la redoute ; la troupe qui ouvrait un feu de couverture a disparu de la scène.[9] Mais peu importe, ce qui compte ici c’est de placer ces hommes dans une tradition militaire équestre toujours valorisée dans les représentations des contemporains. Il s’agit également de montrer, que ces hommes, n’appartenant pas à la Cavalerie et par conséquent insuffisamment équipés, peuvent se battre à cheval. La guerre révèlerait des qualités ayant germées chez les Light Horsmen du fait même qu’ils soient des australiens du bush et donc d’excellents cavaliers dans l’imaginaire national. Les qualités des Anzacs, inscrites sous les vitraux les représentant dans le Hall of Memory (Illustration 9), sont corporifiées dans les représentations muséographiques du digger, transformant une certaine interprétation de cet imaginaire national en réalité physique – par des statues, sculptures, tableaux et autres expôts. Ces représentations muséales permettent d’identifier des caractéristiques et des valeurs présentées comme nationales, véritablement australiennes. L’avantage de la naturalisation de qualités, c’est qu’elle rejaillit par extension sur la nation toute entière, ce qu’ont bien compris certains gouvernements.

            Depuis une quinzaine d’année, l’AWM s’est considérablement politisé [10]. L’interprétation et la représentation de la Grande Guerre en Australie forment en réalité un enjeu identitaire. Le décalage entre l’historiographie universitaire et les représentations collectives demeure important. La fréquentation de l’Anzac Day (25 avril) qui n’a jamais été aussi importante que durant les dix dernières années l’atteste. Elizabeth Rechniewski, de l’Université de Sydney, a même qualifié ce phénomène « de réinvention de la tradition » [11]. L’inflation mémorielle est grandement liée à la politisation de la mémoire dans une quête pour définir l’identité nationale. Cependant, la mémoire officielle et nationale qui se déploie à l’AWM ne signifie pas qu’il n’y a pas de mémoires de la Première Guerre mondiale concurrentes. En effet, chaque État a son propre mémorial, parfois doté d’un musée et donc d’un discours propre. À l’Anzac Memorial de Sydney par exemple, l’interprétation de l’engagement australien est beaucoup plus doloriste et bien moins glorifiante. Ainsi, la mémoire de la Première Guerre mondiale et le culte des Anzacs comme pierre angulaire de l’identité australienne sont remis en question par d’autres récits nationaux qui identifient dans des événements différents la définition de cette identité nationale. Quoi qu’il en soit, l’Anzac Industry, selon les propos de l’historien Kenneth Inglis, semble avoir encore de beaux jours devant elle [12]. Elle s’accompagne également d’un tourisme de mémoire sur les champs de bataille australiens qui s’est fortement intensifié depuis près d’une décennie. Dans la Somme, à Villers-Bretonneux par exemple, la fréquentation du mémorial national australien lors de la cérémonie de l’Anzac Day bat des records. Enfin, à une trentaine de kilomètres de là, le Gouvernement australien devrait financer à hauteur de 10 millions de dollars un projet d’Australian Western Front Remembrance Trail c’est-à-dire un chemin du souvenir pour les Australiens, sur les lieux mêmes où leurs diggers se sont battus.

photographies prises par l'auteur / photos taken in situ by the author

[1] Données consultables sur le site de l'AWM: http://www.awm.gov.au

[2] AWRS, Report on the work of the Australian War Records Section from May 1917 to September 1918, the Officier in Charge, London, 30th September 1918, p.1, AWM224. 

[3] McKERNAN Michael, Here is their Spirit, p. 84-85.

[4] VIRGILI Fabrice, « L’Australian War Memorial à Canberra » dans Vingtième siècle,  2009- 1 (n°101),  p. 197.

[5] Site internet de l’AWM: http://www.awm.gov.au/about/overview.asp

[6] CROTTY Martin, « 25 April 1915 : Australians troops land at Gallipoli : trial, trauma and the ‘birth of the Nation’ » in Turning points in Australian history edited by CROTTY Martin & ANDREW ROBERTS David, University of New South Wales Press, Sydney, 2009, p. 113.

[7] « Cahier des charges à l’attention du sculpteur George Lappas pour la conception d’une œuvre d’art contemporaine », Repérages, 5 avril 1991 voir « Horizontalité du front et verticalité de l’arrière »,  p. 7

[8] Voir Bean, lettre au Sénateur Pearce du 12 juin 1922, AWM38 6673 item 803.

[9] Se référer au dossier AWM93 13/1/28

[10] FATHI Romain, Représentations muséales du corps combattant de 14-18. L'Australian War Memorial de Canberra à travers le prisme de l'Historial de la Grande Guerre de Péronne, mémoire de recherche, bibliothèque de la FNSP, Paris, 2010. Consulter le Chapitre 4.

[11] RECHNIEWSKI Elizabeth, « Quand l’Australie invente et réinvente une tradition. L’exemple du débarquement de Gallipoli (avril 1915), Vingtième Siècle. Revue d’Histoire, n° 101, janvier-mars 2009, p. 123-132.

[12] INGLIS Ken, Sacred Places. War memorials in the Australian landscape, Melbourne, Melbourne University Press, third edition of 2008 [1998], voir la section : « Epilogue : Toward the centenary of Anzac » p. 458-483.

 


Print This Post Print This Post

Posted in: Commemorative activities, First World War, Commemorative activities, Museums, Critical perspectives, Nation/Nationalism

One Response to “ La Grande Guerre à l’Australian War Memorial ou l’élaboration d’un mythe national. ”

  1. Équipe hypotheses.org on 10/10/2012 at 18:28

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L'équipe d'Hypotheses.org

Leave a Reply